J’ARRIVE

J’ARRIVE

Ciné Brel

 

J’ARRIVE

DURÉE 105MIN
SORTIE 20/03/2021

RÉSUMÉ

Le récit de ce film biographique de 1h45, J’arrive, le premier d’une trilogie, débute sur les marches du Palais des Festivals à Cannes, en mai 1973 et se termine par la traversée de l’Atlantique en janvier 1975.

Étonnant, parfois bouleversant, ce document intime retrace les parcours, décisions, révoltes, remords et renoncements de mon père, pris dans le tourbillon des événements qu’il traverse durant ces quelques mois. Les témoins familiaux, amicaux et professionnels de cette période tourmentée, restés discrets pour la plupart, évoquent avec sensibilité des souvenirs jamais partagés. Riches de leurs expériences, ils nous font découvrir un Brel intense et fragile, parfois violent et blessé, souvent excessif à décréter ses vérités, jonglant avec ses contradictions et se glissant volontiers dans le costume d’amuseur, en guise de réponse. Ces témoins apparaissent certes séparés les uns des autres mais ils sont en réalité bien liés à ce moment de la vie de mon père, et aujourd’hui encore, par un souhait d’authenticité.

France Brel

REVUE DE PRESSE

« Document d’une rare humanité, nourri par moult témoignages qui vont à l’essentiel. » Christian Laporte, La Libre

« Un récit fort, entier, à l’image de Brel. » Frédéric Seront, Ciné Télé Revue

« L’intérêt de ce film, qui s’adresse prioritairement aux fans du grand Jacques, réside dans son angle neuf mettant à nu l’artiste avec ses défauts et ses contradictions. » Thierry Coljon, Le Soir

« Ce film-documentaire ouvre la boite de pandore des secrets d’un géant. » Philippe Legrand, Paris Match

« Bourré de témoignages inédits, le film n’est projeté qu’à la Fondation Brel, mais il vaut le déplacement. » Sébastien Ministru, Moustique

« Soutenu d’archives privées inédites, de nombreux, sobres témoignages affranchis de tabous, et d’une sélection musicale remarquable, le film embarque le spectateur durant près de deux heures à bord de l’Askoy. » Apolline Elter, L’Eventail

« Travail de mémoire, valorisant quarante années d’archives. » Jean Jauniaux, Livresse des livres

 « Récit émaillé d’anecdotes savoureuses. » Matthieu Demeestere, AFP

« Film biographique de 1 h 45, véritable documentaire intimiste composé de partitions diverses : entretiens inédits, lettres du maître, des images en Super 8 jamais vues… » « On y découvre un homme complexe, fragile, pétri de remords et de contradictions. Le vrai Jacques Brel. » « Documentaire intimiste, traversé d’éclairs familiaux, mais aussi sociétaux. Il décrit un artiste épris de mouvement, mais usé. » Emmanuelle Jowa, Paris Match

ECHOS

« J’ai été très touchée par le film de France. Qui mieux qu’elle pouvait nous raconter cette traversée houleuse dont elle était le témoin actif, en rétablir la vérité ? Qui mieux que France pouvait saisir, je dirais presque, l’âme du grand Jacques ? » Monique

« Magnifique film, on a beaucoup aimé ! Une immersion totale… Qui nous a permis de mieux comprendre la personnalité et la vie de Jacques, et les relations particulières avec sa famille. Belles images, belle musique. » Brigitte

« Un film-récit intimiste, rempli de vérité, sans complaisance, où cet espace-temps de la vie de Brel est présenté sans faux-fuyant. Tout dans ce film est minutieusement bâti : le montage, les enchaînements, les témoignages, les extraits par Brel lui-même, sa musique, mais aussi, on le devine, celle qu’il a aimée. Et, il y a… ces silences, aussi évocateurs que les mots, qui portent fort, appuyés par des images justes. Une heure quarante-cinq d’émotions qui marquent comme une chanson du Grand Jacques. » Claude

« Un récit poignant, aux accents pathétiques et un récit si véridique sous le regard intérieur d’un moment de vie de Jacques Brel. » Serge

« Un tout grand merci pour ce moment d’intenses émotions et de rencontre avec une autre facette de Brel qui nous ouvre une nouvelle réalité inconnue de nous jusqu’à ce jour. » Dominique

« France a réussi par son film à revisiter et réanimer le sillage laissé par son père. Un chemin difficile qui se veut aussi objectif que possible. » Astrid

« Film magnifique, émouvant, racontant la vie et l’histoire vraie de cet homme d’exception. Lorsque j’ai compris que nous étions à la fin de la projection, je me suis dit  : « Dommage, c’est déjà fini. » » Charles

France Brel était l’invitée de Patrick Simonin sur TV5

Bande annonce de J’arrive, premier film de la trilogie

TÉMOINS

Raymond Errera


Ami de la famille.

Co-fondateur avec Miche Brel des éditions Jacques Brel en 1962. Il est l’atta- ché de presse de Jacques Brel en Belgique.

Un journaliste du Soir, a écrit une critique qui a vraiment démoli le film. Il y avait trois colonnes pour dire que Brel avait du talent, mais que son film c’était très mauvais. Et je crois que Brel a souffert de ça.

Jacques Chancel


Journaliste et écrivain français. Il interviewe plusieurs fois Jacques, notam- ment dans sa célèbre série Radioscopie à Cannes en mai 1973.

Votre cher père, Jacques Brel était dans un état de tourmente extraordinaire, comme s’il avait été humilié.

Claude Lelouch

Réalisateur et producteur français. Il est coproducteur du film de Jacques, Le Far West, présenté à cannes en mai 1973.

Jacques s’est comporté comme un gentleman, il s’est dit : « Ils ne sont pas prêts aujourd’hui à recevoir le film. »

France Brel

Deuxième des trois filles de Jacques. Il lui demande en janvier 1974 de l’accompagner pour faire un tour du monde en bateau.

Jacques m’avait dit : « tu sais, France, il y aura des femmes à bord et plutôt des femmes dans les ports », moi je ne me suis pas posé mille questions.

Monique Galéanne

Alias Marianne

Amie de Jacques Brel depuis 1960. Dès 1967, ils naviguent ensemble régulièrement sur le voilier l’Albéna. Ils se rapprochent en 1970.

Il a su pourquoi je ne suis pas partie avec lui quand il a pris l’Askoy, parce qu’il y avait mon fils. Mais il était prévu que j’aille le rejoindre. Parce qu’il y avait ce côté généreux tout en sachant très bien le mal qu’il me faisait en partant.

Jacques Danois

Ami de la famille.

Journaliste, grand reporter et écrivain, il est responsable au sein d’organisations non gouvernementales internationales.

Jacques a connu les difficiles étapes de la remise en question.

Miche Brel

Épouse de Jacques depuis le 1er juin 1950.

Je vais rendre visite à Jojo à Paris. À la clinique quand je suis rentrée dans la chambre, j’ai eu un choc horrible… à la manière dont Jojo m’a accueillie, j’ai su que c’était fini. Et je me suis dit : « Jacques ne le reverra pas ».

Isabelle Brel

Troisième fille de Jacques.

Je me souviens de lui revenant à l’appartement, après s’être fait opérer.

Charley Marouani

Impresario de Jacques Brel depuis 1957.

Un jour il me dit « voilà je vais traverser, je ne sais pas où je vais, j’ai acheté un bateau et je vais partir à l’aventure ».

Maddly Bamy

Amie de Jacques rencontrée sur le tournage du film de Claude Lelouch, L’Aven- ture c’est l’aventure à l’automne 1971.

Nous sommes partis sur l’Askoy en juillet 1974, le 24 juillet. Nous sommes partis très discrètement.

Charles Nemry

Chirurgien belge. Il a opéré Jacques Brel à Bruxelles le 16 novembre 1974. J’ai fait donc à Jacques Brel ce qu’on appelle dans notre jargon une lobectomie supérieure gauche, avec un curage ganglionnaire comme on fait toujours en chirurgie cancérologique.

Jean Liardon

Pilote, instructeur à l’École des Ailes à Cointrain, près de Genève. En 1970, Jacques est l’un de ses élèves.

Le docteur France et moi sommes à l’aéroport à Genève pour accueillir Jacques et nous par- tons à la permanence des Eaux-Vives où il a fait tous les tests médicaux.

Béatrice Ollier

Seconde épouse de Pierre Brel.

Jacques a été très gentil avec moi, il a vraiment fait preuve d’une grande humanité. j’avais 24 ans j’étais très impressionnée.

Romain Brel

Fils aîné de Pierre Brel, le frère de Jacques.

Mon père et Jacques ont eu une mauvaise éducation sentimentale… tous les deux.

Michel Gelin

Chirurgien, fils d’Arthur, l’ami de Jacques.

L’intervention consiste à ouvrir la cavité thoracique entre deux côtes, et à disséquer les vaisseaux et la bronche qui correspond au lobe concerné qu’on souhaite enlever.

Antoine Muraccioli

Chanteur et voyageur. Il rencontre Jacques à Porto Rico sur l’île de Gran Canaria en décembre 1974.

Certaines personnes ont raconté des sottises sur cette journée.

 

GÉNÉRIQUE DE FIN

France Brel tient à remercier toutes celles et tous ceux qui lui ont fait confiance en contribuant au récit de ce film par leurs témoignages.

Par ordre d’apparition à l’écran :

Raymond Errera

Jacques Chancel

Claude Lelouch

Monique Galéanne

Jacques Danois

Miche Brel

Isabelle Brel

Charley Marouani

Maddly Bamy

Charles Nemry

Jean Liardon

Béatrice Ollier

Romain Brel

Michel Gelin

Chirurgien, fils d’Arthur

Antoine Muraccioli

Producteur exécutif

Francis de Laveleye

Avec la voix de Ivan Morane

Les musiques additionnelles interprétées par :

Alexis Thibaut de Maisières, piano

Camille Seghers, violoncelle

France tient à remercier chaleureusement ses collaboratrices

Anna Konczuk, Nyota Paulis et Véronique Molino

L’équipe technique :

Animation :

Trinôme

Image :

Serge Hannecart

Guy Maezelle

Assistant :

Sylvain Fradier

Son :

Damien Defays

Jean-Jacques Quinet

Maquillage :

Oriane De Neve

Nelly Pierdet

Coordination prise de vues extérieures :

Luc Noorbergen

Valérie Davreux

Benoît Close

L’équipe à Paris :

Stéphane Krausz

Bruno Hermitte

Nicolas Zwarg

Pauline Russo

Les Artisans numériques

Électricien :

Marc Stolz

Jean-Luc Revelart

Machiniste :

Dominique Degand

Renaud Anciaux

Jean-Christophe Delinaoumis

Jacques Borguet

Boris Bourgois

Kurt Reybrouck

Equipements :

Studio Monev, Athalis, Airlight, KGS

Musiques :

J’arrive

Auteur : Jacques Brel

Compositeurs : Jacques Brel et Gérard Jouannest.

© Éditions Jacques Brel, Bruxelles, 1968.

L’Enfance (Le Far West)

Auteur-compositeur : Jacques Brel.
© Éditions Jacques Brel, Bruxelles, 1973.

Jojo

Auteur-compositeur : Jacques Brel.
© Éditions Jacques Brel, Bruxelles, 1977.

Sheherazade « The Ship’s Destruction »

Composé par Nikolai Rimsky-Korsakov

(p) & © Koka Media / Universal Publishing Production Music France

Avec l’aimable autorisation d’Universal Production Music France

Prélude Op.28 N°10 (Frédéric Chopin)

Piano : Irina Zaritzkaya

(p) Naxos Rights US, Inc

Avec l’aimable autorisation d’ Universal Production Music France

Prélude Op.28 N°15 (Frédéric Chopin)

Piano : Irina Zaritzkaya

(p) Naxos Rights US, Inc

Avec l’aimable autorisation d’ Universal Production Music France

Il était un petit navire

Interprété par Jacques Brel.

Domaine public

Adieu la ville

Parodie par Jacques Brel du Moribond

Auteur-compositeur : Jacques Brel.
© Warner Chappell Music France
et Éditions Jacques Brel, Bruxelles, 1961.

Jojo

Auteur-compositeur : Jacques Brel.
© Éditions Jacques Brel, Bruxelles, 1977.

Piano : Alexis Thibaut de Maisières

Violoncelle : Camille Seghers

Le Bon Dieu

Auteur-compositeur : Jacques Brel.
© Éditions Jacques Brel, Bruxelles, 1977.

Piano : Alexis Thibaut de Maisières

Violoncelle : Camille Seghers

Ne me quitte pas

Auteur-compositeur : Jacques Brel.
© Warner Chappell Music France
et Éditions Jacques Brel, Bruxelles, 1959.

Orly

Auteur-compositeur : Jacques Brel.
© Éditions Jacques Brel, Bruxelles, 1977.

Suite Populaire Espagnole “Nana” (Manuel De Falla)

Piano : Alexis Thibaut de Maisières

Violoncelle : Camille Seghers

Ne me quitte pas

Auteur-compositeur : Jacques Brel.
© Warner Chappell Music France
et Éditions Jacques Brel, Bruxelles, 1959.

Violoncelle : Camille Seghers

Concerto pour la main gauche (Maurice Ravel)

Piano : François-Joël Thiollier

Orchestre National de la Radio Polonaise dirigé par Antoni Wit

(p) Naxos Rights US, Inc

Avec l’aimable autorisation d’ Universal Production Music France

Litanies pour un retour

Piano : Alexis Thibaut de Maisières

Violoncelle : Camille Seghers

Auteur : Jacques Brel
Compositeurs : Jacques Brel et François Rauber.
© Universal Music Publishing France
et Éditions Jacques Brel, Bruxelles, 1958.

Sonate Op.27 N°4– Allemande (Eugène Ysaye)

Violon : Ilya Kaler

(p) Naxos Rights US, Inc

Avec l’aimable autorisation d’ Universal Production Music France

L’Éclusier

Auteur-compositeur : Jacques Brel.
© Éditions Jacques Brel, Bruxelles, 1968.

La Chanson de Jacky

Auteur : Jacques Brel
Compositeur : Gérard Jouannest.
© Éditions Jacques Brel, Bruxelles, 1965.

L’Amour est mort

Auteur : Jacques Brel
Compositeurs : Jacques Brel et Gérard Jouannest.
© Éditions Jacques Brel,
hors parts Jouannest, Bruxelles, 1977.

Danse Macabre Op.40 (Camille Saint-Saëns)

Orchestre Symphonique de Malmö dirigé par Marc Soustrot

(p) Naxos Rights US, Inc

Avec l’aimable autorisation d’ Universal Production Music France

Les Cœurs tendres

Auteur-compositeur : Jacques Brel.
© Éditions Jacques Brel, Bruxelles, 1967.

Piano : Alexis Thibaut de Maisières

Violoncelle : Camille Seghers

Le Lion

Auteur-compositeur : Jacques Brel.
© Éditions Jacques Brel, Bruxelles, 1977.

« D’Indy: Poème des rivages, Op. 77: I. Calme et lumière – Agay (Méditerranée) » Orchestre Philharmonique De Monte-Carlo / Georges Prêtre

(p) 1986 Parlophone / Warner Music France

Avec l’aimable autorisation de Warner Music France

Les documents et les archives :

INA

SONUMA

VRT

Getty Image

Les photos de : Hubert Grooteclaes et Jean-Pierre Leloir

Toutes les archives qui figurent dans le présent film ont été identifiées de façon à respecter la législation sur les droits d’auteurs.

Si toutefois un ayant droit constatait un oubli, il est tout à fait fortuit. La personne est invitée à prendre contact avec La Fondation Jacques Brel.

Remerciements aux lieux de tournage :

À Bruxelles :

Hôtel Royal Windsor, Hôtel Méridien, Monsieur Van Vyve

© Fondation Jacques Brel, 2021